07 78 64 92 99 fatima.marion@orange.fr

« Toujours garder espoir et courage » est la devise de Fatima, qui a forgé son destin grâce à cette attitude positive.  Loin d’avoir un parcours ordinaire, Fatima a développé très jeune un don pour la médiumnité, qui a longtemps été un fardeau. Au bout de 30 ans, cette capacité extra-sensorielle est devenue son meilleur allié. Rencontre insolite avec Fatima, médium-spirite, voyante et cartomancienne, reconnue par la profession et inscrite à l’INAD Pro (Institut National des Arts Divinatoires). C’est chez elle, à Gentilly, dans le 94 (Val-de-Marne), que Fatima m’accueille avec le sourire, pour une interview sous le signe des arts divinatoires !

Par Ghyslaine Moreau de Raymeront (journaliste Kiss City Paris)

Un don de naissance

Fatima apprend dès lors à ne rien dire. Quelques années plus tard, son père se rend chez son cousin, dans un village voisin, pour régler un problème familial. Le lendemain matin, l’adolescente de 12 ans, qui vit dans un environnement où il n’y a avait pas de téléphone portable, ni Internet, voit un « flash », où la main de son père est en sang, suite à une bagarre. Fatima assiste, impuissante et silencieuse à la scène qui se déroule à quelques kilomètres de chez elle.  Lorsque son cousin se précipite quelques heures plus tard pour informer  sa famille de son hospitalisation, Fatima l’intercepte avant qu’il ne parle et lui affirme droit dans les yeux : « Mon père est à l’hôpital ? » Abasourdi, son oncle lui demande comment elle a pris connaissance de la vérité. L’absence de réponse la fait passer pendant quelque année pour une illuminée. Cette prescience suscite au sein de la famille la peur de l’inconnu et la honte d’être perçue comme une personne anormale. Pour protéger leur fille, ses parents décident de « garder le secret ».   « Ne rien dire » devient la règle familiale. 

A 14 ans, les parents de Fatima prennent enfin conscience de son don pour la voyance et acceptent sa différence.  C’est alors qu’ils lui dévoilent d’où lui vient son don médiumnique. Ils lui demandent de ne pas en parler, par peur que leur fille soit kidnappée et exploitée par les « voleurs d’enfants médiums » qui les utilisent pour retrouver les trésors. Enfermée, Fatima n’a plus le droit de se rendre à l’école. La sortie hebdomadaire au  hammam est son seul échappatoire. C’est à ce moment-là que la jeune fille décide d’élaborer  un plan pour quitter le domicile et  vivre libre.

C’est à l’âge de 8 ans, que Fatima, née en Algérie, découvre subitement qu’elle a hérité du don de voyance de sa grand-mère.  Fatima  ne comprend pas encore la signification de la mort lorsque sa voisine décède. Le lendemain, au moment de s’endormir, l’enfant voit sur le bord de son lit la femme qui est décédée la veille… Sans surprise, ni peur, Fatima l’écoute et entame un dialogue.  La défunte lui demande de transmettre un message à sa famille : « sa petite fille, Djamila,  doit épouser Samir qui sera bientôt de retour au village ». Le lendemain, très naïvement, Fatima informe ses proches.  Les réactions sont brutales. La stupeur laisse place à l’incompréhension puis à la colère. Pour l’enfant,  c’est l’électrochoc, elle devine alors que cette faculté est loin de faire l’unanimité, même au sein de sa famille.  

La fuite vers la liberté

Fatima détient un don à la fois rare, atypique et tabou,  qui la rend unique. Il lui ouvrira de belles perspectives. Pour le moment, son avenir est sombre. Ainée d’une fratrie de six enfants, sa mère doit travailler dur pour nourrir sa famille. C’est à l’adolescente qu’incombe la tenue de la maison et l’éducation de ses frères et sœurs. Dans son monde dirigé par les hommes, l’avenir de Fatima semble déjà tracé : on attend d’elle un dévouement total à sa famille. La jeune fille aspire à vivre libre et non pas emprisonnée dans un carcan, où sa vie est rythmée au gré des nouvelles naissances de sa mère.

 A 17 ans, Fatima ne sait ni lire ni écrire, et n’est pas indépendante financièrement. On ne se libère pas d’une culture bien ancrée sur un coup de tête !  Pourtant, pendant 2 ans, Fatima forgera son plan pour monter son évasion. Le jour venu, faisant croire qu’elle se rend au hammam, la jeune fille prend la direction de l’aéroport. 3h plus tard, Fatima débarque à l’aéroport d’Orly, à Paris.  Elle se retrouve toute seule, dans la bouillonnante capitale. Sa vie commence enfin !

Sa nouvelle vie à Paris

Profondément humaine, la tête sur les épaules, guidée par des valeurs morales solides, son intégrité et sa  confiance en l’avenir, suscitent le respect de tous ceux qui la rencontrent. Fatima se veut maîtresse de son destin. Pour subsister la jeune femme enchaîne les jobs alimentaires, jusqu’à trouver un emploi stable dans la restauration du CROUS. En parallèle, la jeune mère de 3 enfants, continue à faire profiter les autres de son don. Certaines personnes qui la consultent, sont devenu(e)s naturellement des ami(e)s  proches, réceptifs à sa bienveillance et à sa douceur.

Aujourd’hui, son professionnalisme, ses 30 ans d’expériences et ses aptitudes médiumniques  sont reconnues par l’Institut National des Arts Divinatoires (INAD). Cette institution garantit la bonne réputation et l’authenticité des dons détenus par ses adhérents. L’INAD publie régulièrement sur son site des alertes et infos judiciaires à l’encontre des charlatans et sociétés aux arnaques bien huilées.

Les capacités divinatoires avérées de Fatima, lui font parcourir les salons de la voyance, où son talent a été repéré par une chaîne tv spécialisée dans la cartomancie.

Depuis 30 ans, la cartomancienne compte parmi sa clientèle de nombreux dirigeants et cadres supérieurs,  soucieux d’être « guidés » à un moment particulier de leur vie.

Comment se manifeste cette étrange faculté ?

Ma naïve question lui suscite un sourire. Fatima  m’explique simplement, que le son d’une voix, même au téléphone, ou la vue d’une personne,  peuvent lui déclencher des intuitions ou des prémonitions très fortes. Des « flashs » apparaissent alors, comme des images de la perception de la réalité. Par la suite, ces actions imminentes s’avèreront être vraie, comme à l’effigie de la réalité. Ses supports de prédilection sont variés, maniant aussi bien le Tarot Espagnol, que le pendule ou l’écriture automatique. Fatima est souvent décrite comme « technique » et « hypersensible » par sa clientèle.

En plus de prédire l’avenir, elle possède aussi  la faculté d’établir une communication avec l’au-delà, pour entrer en contact avec les Etres Cher(e)s Disparu(e)s. Pour de rares initié(e)s, souffrant de douleurs articulaires ou de petits tracas, Fatima, réalise un travail de guérisseuse. Ses motivations sont nobles et motivées par l’envie d’aider son prochain, de se sentir utile et d’apporter des solutions comme une sorte de « guide qui vous tient la main ». Fatima m’interpelle : « Lorsque nous sommes perdus, nous demandons bien notre chemin à un passant ou consultons notre GPS ? Alors pourquoi ne pas interroger les arts divinatoires sur notre avenir ? Car n’oubliez pas, que la vie est un parcours initiatique semé d’embûches et riche de surprises ! »

Fatima compte depuis 30 ans, parmi sa clientèle, de nombreux dirigeants d’entreprises, cadres supérieurs et personnalités,  soucieux d’être conseillés ou guidés à un moment de leur vie.

Après avoir partagé un excellent thé à la menthe et quelques gourmandises, Fatima me confie que parfois « nous avons besoin d’un petit coup de pouce du destin, car rien n’est écrit, nous avons toujours le choix ! »

Sur le chemin du retour, je repense à cette étrange rencontre. Pour moi Fatima est comme un guide spirituel, une personnalité exceptionnelle, qui aide ses contemporains à retrouver confiance en eux et à avancer vers leurs destins…


Important
Ce site utilise des cookies qui peuvent contenir des informations de suivi sur les visiteurs. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.